Les exploits des RS en 1973 : La Targa Florio 1973

2ème partie : la Targa Florio 1973

 3.1.4 Les autres :

A part les prétendants sérieux mentionnés précédemment,  il y avait aussi la sympathique ribambelle de tout ceux qui cherchaient une victoire en classe ou tout simplement à participer à cette course renommée, d'autant plus qu'il s'agissait sans doute la dernière inscrite au championnat du monde des marques.

Parmi les grand fabricants de prototypes il y avait quelques Chevron, Lotus,  et Lola, mais Matra n'était pas venu.

Il y avait là bien évidemment les marques italiennes connues Alfa Roméo, Lancia, Fiat, Abarth,  Bizzarini (il serait trop long de les citer tous), mais surtout quelques bizarreries italiennes, voire siciliennes, tout droit sorties des ateliers obscurs de sorciers italiens réputés et/ou persévérants :

AMS 273 :

La firme AMZ ( pour Attrezzature Mechanicce Speciali qui peut se traduire par Equipements Mécaniques Spéciaux) a été crée en 1968 dans la région de Bologne par l'ingénieur Tancredi Simonetti qui avait fait partie de la firme ATS. Il produisit d'abord un proto baptisé 1000SP et quelques monoplace pour la formule 850 italienne. En 1970, il adopte un châssis coque pour la construction de ses nouveaux protos qui reçoivent différentes motorisation dont les Cosworth 1000 et 2000 cc ou encore l'Alfa Romeo 1300 avec lequel la firme obtint de bons résultats dans divers championnats italiens. La marque, qui cessa sa petite production en 1977, est représentée à la Targa Florio 1973 par quatorze voitures sur la liste des engagements dont dix du nouveau modèle 273 qui n'est qu'une évolution du modèle apparu en 70.

Trois d'entre elles sont équipées de moteur Alfa Roméo identiques à ceux montés dans les GTA 1600cc et 1300cc. Les autres sont dotées de Cosworth dont les cylindrées varient de 1600 cc à 1000 cc. Enfin une dispose d'un moteur Fiat A112 préparé par Giliberti. Elles n'ont que peu de chance de vaincre dans leur catégories respectives mais font indéniablement partie de la mosaïque si caractéristique de la Targa Florio.

GILIBERTI A112 :

Sous cette appellation se cachent des Autobianchi A112 à moteur retravaillé. Le modèle de série est né en 1969 comme réponse du groupe Fiat à la mini BMC. Il s'agit d'une caisse auto porteuse dotée de 4 roues indépendantes et d'un moteur 850 cc monté transversalement à l'avant. Le freinage est assuré par des disques à l'avant et des tambours à l'arrière. Dès 1971 Abarth a extrapolé une version sportive dont la production se terminera dans la deuxième moitié des années 80. Giliberti, préparateur italien, préparera lui aussi une version, plus course encore, en modifiant d'autres paramètres (moteur 1300 cc notamment) qui écartait ses voitures du modèle homologué ce qui déterminera l'inscription de ses A112 en catégorie prototype. Rien ne l'empêchera alors de donner son nom à ses autos capables dans le meilleurs des cas d'un bon 160km/h en pointe. Une seule se présente au départ. Elle atteindra l'arrivée à la 37eplace qui correspondra aussi à la 3e des Sports jusqu'à 1300cc.

CR-CDS :

C'est une 2L construite par Clemente Ravetto (d'où sa marque CR) en Sicile comme le signalent les initiales de son type (CDS pour Construito da Sicilia). Elle dispose d'un châssis de Lola équipé d'un moteur 4 cylindres 1300 16 soupapes Abarth.

BIZZARINI :

Un peu plus connue, cette petite voiture aux lignes très particulières débute aussi à la Targa Florio 73. Elle est l'oeuvre de l'ingénieur Giotto Bizzarini né en 1926 qui a commencé chez Alfa en 1954 avant de passer chez Ferrari, où il eut une part très active lors de l'élaboration de la 250GTO. Il œuvra ensuite chez Iso où il créa les Grifo et Rivolta avant de fonder sa propre firme en 1966 qu'il décida de fermer en 1969. Ce retour à la compétition est moins ambitieux que ses précédentes réalisations. A l'arrière de ce nouveau châssis il a monté longitudinalement un moteur basé sur le Fiat 128 de 1300 cc retravaillé nettement (annoncé à 140 Cv) et accouplé à une boite Colotti à 5 vitesses.

Il serait trop long de décrire tout les participants. Les listes des engagés en catégorie Sport Prototype et en GT figure ci dessous respectivement à gauche et à droite :



Retour à la page précédente

Commentaires:

  1. Le document est détaillé, intéressant et l'auteur a fait des recherches approfondies.
    La Targa Florio illustre l'époque où les pilotes étaient des dieux et où l'automobile faisait rêver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*