Les exploits des RS en 1973 : 24 h de Daytona 1973

1ère partie : les 24 heures de Daytona

 

1973 c'était il y a 42 ans, et c'était l'année :

  • du décès de Pablo Picasso, Pablo Casals, Pablo Neruda (mauvaise année pour les Pablo),  Ben Gourion,  Fernand Reynaud,  John Ford, et de François Cevert à Watkins Glen le 6 octobre, soit 7 mois aprés sa participation aux 24 Heures de Daytona décrit dans ce reportage
  • de la guerre du Kippour, mais aussi de la signature des accords de paix entre les USA et le Viet Nam
  • de la sortie du film "La Grande Bouffe" avec comme acteur principal Marcello Mastroianni
  • du doublement du prix du baril par les membres de l'Opep
  • et enfin du début de la carrière professionnelle de certains membres du club, cela ne nous rajeunit pas......

1973 n'a pas été une bonne année pour les bordeaux, mais le millésime fut excellent pour Porsche, avec la production de la Carrera 2.7 RS (et de ses dérivées). Ses victoires et exploits en course aussi : les 24Heures de Daytona, les 24 Heures du Mans, les 12 Heures de Sebring et la Targa Florio. La rubrique Rétroviseur du club se devait de consacrer 4 reportages sur ces courses. Le but de ces papiers sera de tenter de vous faire revivre les courses comme si vous étiez. Voici donc la première partie de ces reportages: les 24 Heures de Daytona courues les 3 et 4 février 1973. 

Ce reportage est en très grande partie une traduction de l'article de Louis Galanos, que l'on peut trouver dans sa version originale (publiée en anglais par l'excellent site Sports Car Digest) en suivant ce lien : http://www.sportscardigest.com/1973-24-hours-of-daytona-race-profile/.

 

1) Le circuit

Le circuit de Daytona est situé en Floride près de la ville de Daytona Beach. Il a été construit à coté de l'aéroport de la ville.

localisation de Daytona

daytona speedway
Daytona_International_Speedway_-_Road_Course.svg

Il utilise principalement un anneau de vitesse de forme ovale typiquement américain et une partie à l'intérieur de l'anneau, dite "infield" qui contient deux épingles, dont une est appelée l' "International Horse Shoe". Les stands se trouvent un peu avant le virage 1 (à l'entrée de l'infield), avec un "drive" de décélération qui y mène (stands sur la gauche) et un "drive" d'accélération en virage qui rejoint la piste principale un peu avant le virage 2 . L'anneau présente deux virages relevés qui se prennent à fond : les bankings ou "high banks" north east et south west (virage 7 et 12). Entre les deux bankings se trouve une chicane de ralentissement : le Bus Stop. L'arrivée et le départ se situent en face des stands entre la ligne droite après le virage 12 (high bank) et l'entrée de l'infield (virage 1). Le  circuit est bâti autour d'un lac où s'ébattent  quelques  oiseaux ... dont  une mouette, au destin  tragique, restée  célèbre depuis 1973 (voir plus loin).

Le circuit n'a pas fondamentalement changé depuis 1973. En cliquant ici, Jochen Mass, en personne, va tout vous expliquer. Celle ci est peut être de meilleure qualité.

Il avait été construit par Bill France et financé par un milliardaire Texan (Clint Murchison), Pepsi Cola et Harley Earl, alors chef du design chez General Motors. Bill France était un personnage remarquable. Gerard Combrac en dresse un portrait savoureux dans un de ses livres (Mes 578 Grands Prix de Formule 1, p 360). Le circuit fut inauguré le 22 février 1959. En 1973 Bill France le dirigeait encore.

Les 24 Heures de Daytona se courent donc sur une piste privée (4 km de long), contrairement au Mans par exemple. Une autre différence avec le Mans c'est que la course a lieu l'hiver (fin janvier / début février).  Le circuit étant situé à 600 km au nord du tropique du cancer, les hivers y sont moins marqués qu'au Mans situé 2000 km de plus au nord. La partie nocturne des 24 Heures de Daytona est néanmoins significativement plus longue que celle du Mans.

Avec un "in field" aussi court, le trafic présente une donnée importante. En 1973, 64 équipages étaient inscrits, 57 participèrent aux essais et 53 s'alignèrent au départ, 9 seulement franchirent la ligne d'arrivée. A titre d'élément de comparaison, les 24 Heures de Daytona se sont courus en 2014 avec 60 voitures au départ, et certains s'en sont plaint. Cette année (24 et 25 janvier 2015) ils étaient 53.

2) Le contexte :

Aux yeux de beaucoup de ceux qui avaient assisté au 24 Heures de Daytona depuis sa première édition en 1966, tout se conjuguait au début des années 1970 pour rendre les choses compliquées pour l'édition de 1973.

La Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) avait changé (à nouveau…. ) la cylindrée des moteurs des prototypes en imposant une cylindrée de 3 L, ce qui rendait d'un coup obsolètes des prototypes de 5 litres de cylindrée aussi célèbres que la Porsche 917 et la Ferrari 512. De plus pour la saison 1972, les groupes 6 (Prototype) et 5 (GT) avaient été réunis dans un seul groupe prévu pour des autos de 3 litres de cylindrée. Certains (malveillants bien sûr) insinuaient que toute cette affaire arrangeait bien celles de Matra. Certains constructeurs face à tant de changements s'étaient alors désintéressés graduellement de cette nouvelle formule du championnat. Par exemple Porsche décida de ne pas y participer en 1972.

Les moteurs de 3 litres n’étaient en principe pas utilisés pour des compétitions d’endurance, et d’aucuns pensaient qu’ils ne tiendraient pas la distance. C’est pourquoi la FIA et Ferrari exercèrent une pression « amicale » sur l’organisateur des 24 Heures de Daytona (Bill France) pour que celui-ci réduise à 6 heures la durée de l’événement. Bill France accepta cette réduction lors de l'édition de 1972. Mais Sebring était resté sur une durée de 12 heures, et la réputation des « 24 Heures » de Daytona en pâti bien évidemment. Aussi pour l’édition de 1973, Bill France demanda et obtint de revenir à une durée de 24 heures.

Ferrari décida de ne pas participer à l’épreuve en 1973. Certains affirment que la raison fondamentale de cette décision était que Ferrari demandait une augmentation substantielle de sa prime de départ : 30 000 $ US à la place des 2 500 $ US demandés par Ferrari jusqu’alors. Bill France refusa tout net, et Ferrari resta à la maison. Alfa Roméo ne participa pas non plus à l’épreuve, mais pour une raison technique: leur moteur de 3 litres n’était pas encore au point pour une épreuve se déroulant si tôt dans la saison (février).

De ce fait le groupe de 53 participants présent au départ le samedi 3 février 1973 à Daytona manquait singulièrement de glamour. Il n’y avait que 6 prototypes de la nouvelle formule: 2 Gulf Mirage, 1 Matra-Simca MS670, 1 Lola T282, et 2 Porsche 908.



Retour à la page précédente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*