Les exploits des RS en 1973 : 24 h de Daytona 1973

1ère partie : les 24 heures de Daytona

Les dernières heures de courses se déroulèrent sans nouveaux drames : accidents, oiseaux, casses moteur, etc ... Toutefois le ton monta un peu chez Brumos lorsque les représentants de la société "Classic Car Wax" approchèrent  Brumos avec une offre que Brumos ne pouvait refuser pensait ils. Moyennant 10 000 $ de l'époque, Classic Car Wax se proposait de laver et astiquer la voiture en tête lors d'un de ses arrêts au stand, se gardant le droit d'en faire publicité ! Peter Gregg refusa poliment mais tout net, car il craignait que la voiture ne puisse pas redémarrer après le lavage et la séance de polish. Perdre les 24h de Daytona à cause d'une séance de "wash and wax" qui tourne au désastre serait pour sur resté dans les mémoires.

Au drapeau à damier, abaissé à 3h03 le dimanche après midi, la Porsche Brumos avait 22 tours d'avance sur la Ferrari Daytona de Minter/Migault et 26 sur la Corvette de Heinz/McClure/English. En quatrième position il y avait la Porsche 911S de Bruce Jennings, George Stone et Mike Downs, suivie de la Ferrari 365GTB/4 du NART de Chinetti/Grossman/Shaw.

la porsche 59La Porsche des vainqueurs quelques secondes avant l'abaissement du drapeau à damier. Crédit photo Louis Galanos.
La Ferrari Daytona de Minter/Migault Daytona deuxième à 22 tours. Si la Porsche Brumos avait été obligé de s'arrêter dès l'impact avec l'oiseau au lieu de rester en tête en attendant de trouver un pare brise, la Daytona aurait été plus proche .... . Crédit photo Louis Galanos. 26 tours après le vainqueur la Corvette deDave Heinz, Bob McClure and Dana English s'est classée troisième. Crédit photo Louis Galanos.
La Porsche 911S de Bruce Jennings, George Stone et Mike Downs entrain de terminer en 4ème place. Crédit photo Louis Galanos. La Ferrari du NART pilotée par Luigi Chinetti, Jr., Bob Grossman et Wilbur Shaw, Jr. termine là en 5ème position. Crédit photo Louis Galanos.

 

 

les 4 premières
La course fut fatale à beaucoup de voitures : sur les 53 qui prirent le départ seules 19 franchirent la ligne d'arrivée. Etonnement les 4 voitures sur cette photo finirent, avec la 59 en tête, la Ferrari deuxième, la Porsche jaune (N°15) huitième, et la Porsche blanche (N°62) dixième. Crédit photo Louis Galanos.

La voiture des vainqueurs avait effectué 670 tours parcourant ainsi 4108.16 km à une vitesse moyenne de  171,031 km/h, ce qui ne constituait pas un record à l'époque. Il y avait eu toutefois un vainqueur moins rapide en 1969 : la Lola T70 Mk IIIB de l'écurie Penske avec une vitesse moyenne de 159,756 km/h, elle était pilotée par Mark Donohue et Chuck Parsons

La prime du vainqueur était de 11 000 $. Peter Gregg déclara aux journalistes qui l'entouraient à l'arrivée que sa voiture était une des moins chères à gagner les 24h de Daytona. A ses dire sa voiture coutait seulement 25 000$ alors que la Ferrari 312PB qui avait gagné en 1972 en coutait probablement 200 000 !. Peter Gregg indiqua qu'au moment du départ il ne pensait pas gagner, et que le succès de cette voiture en fin de compte non testée le surprenait.

les vainqueurs
Les vainqueurs : Haywood (à gauche, 25ans à l'époque) et Gregg (à droite, 33ans à l'époque). Crédit photo Autosports Marketing Associates, Ltd.

 

On trouvera dans la galerie ci dessous un ensemble de très belles photographies de R4 lors de ces 24h de Daytona.

 

La déception régnait aux stands de Mirage et de Matra au moment de remballer leur matériel en prévision du retour vers l'Europe. Gérard Ducarouge était d'autant plus déçu qu'avant le départ il pensait gagner la course. Au moment de l'abandon de Matra il avait déclaré "je pense maintenant qu'il sera peut être difficile de gagner pour une voiture Française cette saison".

Avant leur départ du circuit on demanda à plusieurs spectateurs ce qu'il pensait de la victoire inattendue de Brumos. Les fans de Porsche étaient bien sur très contents du résulats, mais les vétérans de Daytona déclarèrent qu'ils n'étaient pas venus voir gagner une voiture ordinaire que l'on pouvait acheter dans un show room, et qu'ils regrettaient le temps où les GT40, Ferrari 512S et Porsche 917 vombrissaient sur le circuit.

Ce fut la première victoire internationale d'une Porsche construite sur la base de la 911, mais cela n'allait pas être la seule. En effet, les mêmes Gregg et Haywood allaient gagner 6 semaines après les 6h de Sebring. Les RSR allaient dominer la course automobile pour une décade.

 



Retour à la page précédente

Commentaires:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.