Rallye du Sancerrois

2 et 3 avril 2011

Le départ a lieu devant l'hôtel Le Panoramique à Sancerre, et on découvre à travers le brouillard qui s'effiloche, l'exceptionnelle vallée des vignes et de petites routes qui attendent benoîtement nos chers participants. Le réglement de l'épreuve donnant le classement final est basé sur la comparaison entre les kilomètres parcourus par chaque concurrent et le kilomètrage du Road-Book, deux ou trois jeux concoctés par les organisateurs et quelques coups de tampons de passage pour vérifier si tout le monde suit bien le parcours. Comme d'habitude le rallye du Sancerrois n'a aucun caractère de course ou d'épreuve sportive.
La traversée de Chavignol puis de Verdigny donne le ton et c'est sous un soleil magnifique que tout le monde s'arrête pour une pose frisson. Juste après Blancafort, le musée de la Sorcellerie attend les participants pour une visite très intéresante sur ce qu'étaient encore dans des temps peu éloignés ces rites et coutumes bien enracinés dans la région.
Pour se remettre de ces émotions, le rallye prend sa pause déjeuner sur les bords du lac de Nohant, dans un bel établissement à l'architecture moderne et soignée. Ce restaurant "Les Rives de l'Oizenotte" tenu par Françoise GAUNAND, mérite que nous le citions, car chacun garde un excellent souvenir de ses "rillettes de sardine accompagnées d'un sorbet tomate", de son "pavé de merlu, mijotée de haricots coco et lanières de Montbéliard" et de son clafoutis aux griottes servi avec un sorbet du même fruit et du lait d'amande" le tout arrosé de ...Sancerre.

L'après midi, la visite du magnifique château de la Verrerie, guidée par des hôtes en costume d'époque, et de son parc permet à tous les équipages de suivre l'itinéraire, enfin presque tous car la navigation à l'aide d'un fléché métré n'est pas la spécialité de l'ensemble des engagés.
Deux arrêts sont encore prévus afin que les concurrents puissent s'affronter lors de joutes intellectuelles sur le cinéma ou sur les états d'Amérique du Nord. Déjà deux ou trois équipes se détachent. Rendez vous compte de la difficulté : savoir résister à la somnolence (Sancerre oblige), naviguer correctement avec un road-book piégeux, garder assez de lucidité pour répondre à des questions simples, malgré le soleil, le paysage, et l'ambiance générale.
Personne à ce moment, c'est à dire à un kilomètre de l'arrivée du soir, devant les caves du domaine de la Perrière où tout le rallye se regroupe, et dont la visite va être le point d'orgue de la journée. Certes une dégustation de Sancerre dans une cave bien fraîche est une démarche plutôt classique dans une telle région vinicole.
Effectivement, les organisateurs ont prévu l'intronisation de tous les équipages, mais façon La Perrière c'est un peu différent. L'intronisation se présente un peu comme le gavage des oies, sauf que le maïs est remplacé par du Sancerre...Le kilomètre pour rejoindre notre hôtel de Sancerre ayant été sécurisé, toute la troupe rejoint le parking que la mairie nous a gentiment réservé et qui sera gardienné toute la nuit.

 

Le lendemain matin le temps est plus maussade et le rallye prend la direction de Guédelon. Pour tous ceux qui ne connaissent pas cette curiosité unique au monde, un seul conseil, demandez à votre 911 de vous amener sur ce chantier.
Il s'agit bien d'un chantier, ouvert en 1997, celui d'un château fort du Moyen Age que l'on situera au premier tiers du 13ème siècle, construit selon les techniques de l'époque, les outils de l'époque et les matériaux de l'époque. A Guédelon, le visiteur est témoin du travail exécuté par une cinquantaine "d'oeuvriers" construisant jour après jour avec les gestes et l'organisation propres à un chantier médiéval, un ouvrage identique à ceux que nous rencontrons en France mais qui sera neuf lors de son inauguration dans une dizaine d'années.
La sublime surprise à l'arrivée du rallye a été de retrouver un club de voitures d'avant guerre et une fois de plus la magie d'une telle rencontre a joué.

 

Le rallye du Sancerrois se termine à l'auberge du Grand Monarque à Danzy où près d'un grand feu les participants reprennent des forces et reçoivent pour les plus méritants les coupes du rallye. Parmi ces méritants, nous ne pouvons pas omettre de féliciter et de remercier François et Isabelle venus de fort loin avec leur magnifique 964 RSR 3.8 (street version) et qui ont fait toute l'épreuve sans sourciller.



Retour à la page précédente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.