L'Ardèche des Spéciales
22 au 25 septembre 2020

Le paradis des rallyes

Saint-Maurice d’Ibie/Saint Montant, Château de Boulogne/Lyas, ‘Le Moulinon’ Les Ollières /Antraigues, Burzet/Burzet, La Souche/col de la Chavade, Saint Bonnet/Saint Bonnet, Saint Pierre sur doux/La Louvesc.
Cette liste à la Prévert évoque pour certains d’entre nous des paysages enneigés par la burle* locale et dans les virages, des grappes de spectateurs gesticulant à chaque passage d’une auto, excités par le son des échappements et ‘les glisses’ plus ou moins orthodoxes des pilotes. Elle évoque aussi les noms des spéciales à jamais ancrés dans la mémoire collective des fans du Monte Carlo. De plus, en confiant l’organisation de notre manifestation à Christian et Alain, tous deux pilotes et habitants la région, nous nous sommes assurés que l’Ardèche des Spéciales collerait parfaitement au sujet.

L'hôtel de Lyon à Vals les bains nous a servi de point central d’où nous avons pu rayonner aux quatre coins de l’Ardèche. Un conseil : choisissez un jour de grand soleil, au printemps si possible car les châtaignes sont benoîtement en train de pouponner dans leurs arbres et ne forment pas avec la pluie un tapis sur roulettes.

Lionel a voulu faire la démonstration que sa 964 RS avait dans ses gènes des réminiscences insoupçonnées de son ancêtre la schwimwagen. Nous ne méprenons pas car aucun participant n’a pu voir, même un seul instant, la fameuse petite hélice ! Cette auto marche comme un avion et Lionel nous a encore une fois prouvé qu’il ne faisait qu’un avec sa 92 en dépit des châtaignes et de la pluie !
Pour notre grand bonheur, dès le deuxième jour, les orages ont laissé place au soleil.

Nous avons pu alors examiner la magnifique 3.0 RS (ex Herbert von Karajan) de Christophe qui n’a pas hésité une seconde pour rouler (fort) sur toutes les Spéciales de notre parcours. L’auto a gardé son agilité étant donné son rapport poids/puissance. Elle nous démontre, une fois de plus, que ce pur produit de Zuffenhausen fut une réussite absolue. Maintenue au top de sa forme par un mécanicien bien connu des helvètes, la 3.0 RS a conquis tout le monde. Nous espérons la revoir très vite en 2021.

La 2.8 rsr réplica de Thierry et Françoise sortait pour la première fois. Cette auto bien faite, dans les canons de l’époque avec beaucoup de pièces originales, n’a pas eu de chance. Le premier jour après trois kilomètres la pompe d’alimentation en essence a rendu son tablier. Thierry, pas découragé du tout, loue une voiture et part chercher une pompe neuve disponible chez un garagiste du Gard, (pas tout près), il revient à Vals les Bains juste à temps pour faire monter la nouvelle pompe. Le lendemain, Thierry sourire aux lèvres, démarre sa voiture et après 10 kilomètres la 2.8 ratatouille, il constate que la nouvelle pompe est à l’agonie. Le soir même, Thierry et Françoise étaient chez eux à Monaco, et nous souhaitaient une bonne continuation. Bravo pour votre moral, nous espérons tous vous revoir avec une pompe à essence fiabilisée au sommet de sa forme…
Une grande partie des RS, avec le mont Gerbier de Jonc en fond de décor. La Seine prend sa source à deux pas du parking. Félicitations, vous suivez …bien sûr, c’est le Rhône...

On roule, on roule, mais quelquefois il nous arrive de nous arrêter. Et pour un site comme Mazan- l’Abbaye, le stop est obligatoire. Cette abbaye cistercienne du XIIème est très belle, mais l’œuvre de Felice Varini sublime l’endroit. Les cercles fait de feuilles d’or soulignent au fil des éclairages de la journée, l’étonnante diversité des minéraux. Le fait de ne pouvoir voir ces anneaux fermés que d’un seul endroit ajoute à l’extraordinaire de l’œuvre.
Au sortir de la table d’Elodie, le radar local a chronométré Christian à 12 km/heure ! Notre pilote-organisateur s’attend à recevoir un courrier de la célèbre maison de Rennes.
Christian pourra invoquer le manque de chance. En effet, bloqué par ce couple d’équidés, il a fait usage du klaxon de sa belle 92 fushia, mais il n’a pu leur faire dégager la route malgré leurs oreilles capables de pivoter indépendamment à 180°, car il est tombé sur deux ânes sourds !

Encore la preuve que l’on ne roule pas en permanence, Pierre et son fidèle co-pilote expliquent lors d’une pause ‘’aux Alains’’, (l’un est un des organisateurs, l’autre arbore un magnifique tee shirt jaune du Club), que sa 2.7 RS aime bien l’Ardèche, qu’elle est déjà venue en 2008, qu’elle a reconnu certains paysages, qu’elle bondit de virage en virage etc, etc…

Il y a en Ardèche, paradis des rallyes, un endroit connu de tous les pilotes qui ont participé au Monte Carlo. : Le restaurant la Remise à Antraigues dont Yves Jouanny, dès 1978, a fait une étape incontournable. Les meilleurs pilotes du monde se sont arrêtés un jour chez lui, les Waldegaard, Andruet, Vatanen, Loeb, pour déguster sa fameuse tarte aux pommes. Aujourd’hui quand le Monte Carlo passe par Antraigues Yves Jouanny prépare 700 tartes pour les équipages qui l’un après l’autre font un court stop pour s’emparer du mythique mets.
Malheureusement, le jour de notre passage, nous n’avons pas eu droit à la tarte aux pommes de la Remise !

Le ‘gang des 993 RS’ Nicole et Laurent venus du sud et Valérie et Jérôme venus du Luxembourg ne sont jamais en retard au restaurant. On ne sait pourquoi, mais les techniciens du Club prétendent que les forces exercées sur les accélérateurs ouvrent l’appétit. Ceci expliquant cela. Durant ce road trip le gang faisait équipe avec Lionel et sa bleu maritime (couleur non usurpée ! voir plus haut dans le reportage). Lionel, ouvreur de son état, car étant le seul possesseur du Tripy** devait lui aussi arriver premier au restaurant.

La majeure partie des participants, toujours à la source de la Loire (cette fois ci, c’est bon) semblait en très bonne santé et de bonne humeur après l’épreuve. Il faut remercier Lionel et Laurent d’avoir bien voulu tenir bien tendue la banderole du Club.

* La Burle : Le vent du nord indompté qui réussit à créer en quelques heures des congères jusqu’à huit mètres de haut.
**Tripy : Appareil de navigation qui permet de suivre en détail le tracé du rallye. Les équipages roulent par groupes de trois voitures, la première étant équipée d’un Tripy. Cette disposition donne à l’ensemble des participants une grande liberté et évite de former un ’cortège de Porsche’.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Retour à la page précédente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.