Anniversaire de la Carrera 2.7 RS en Allemagne

Sinsheim 13 au 16 septembre 2012

Inoubliable Anniversaire de la Carrera 2.7 RS en Allemagne

Inoubliable par le nombre de 2.7 RS réunies, inoubliable par la diversité des modèles, inoubliable par la qualité du programme, l'anniversaire des 40 ans de nos chères RS fut une réussite que l'on doit uniquement au Porsche Club Carrera RS allemand.

Pour ma part, je n'avais jamais vu 43 2.7 RS ensemble. Venant de huit pays européens, les participants, ont rapidement fraternisé grâce à leur passion commune de la 2.7 RS. Les organisateurs avec à leur tête la Présidente du Club, Gabriele Mahler-Kurzenberger, ont réalisé un meeting de haute volée où les activités ont ponctué les rassemblements des autos qui ont laissé place aux moments de découverte et de rencontre avec les autres participants. Quatre équipages composaient la délégation française, dont trois étaient membres du Club RS de France.

La cour du musée "Auto und Technik" de Sinsheim fut le garage, à "l'ombre" d'un véritable Concorde et de son concurrent Tupolev, et le point de départ journalier pendant tout le meeting.
La visite du musée Porsche à Zuffenhausen démarrait les festivités et servait de point de bienvenue. Ce lieu pour ceux qui le connaissent ou le découvrent génère toujours les mêmes frissons. Toute l'histoire de Porsche vous saute à la tête à travers les autos chargées de souvenirs, magnifiquement mises en valeur et toutes à l'état neuf.

Le vendredi, avec une liaison sous forme d'un agréable rallye touristique de 120 km, empruntant des routes calmes et virageuses sous un soleil d'été, le peloton de 2.7 RS rejoignait le château de Langenburg. La surprise fut de découvrir, dans le petit musée automobile du château, Walter Röhrl himself évoquant ses souvenirs devant la Fiat 131 Abarth avec laquelle il fut champion du monde en 1980 et l'Opel Ascona de la victoire du Monte Carlo de 1982. A l'extérieur du château, les premiers alignements de queues de canard provoquaient un autre instant d'émotion propre à tous les possesseurs de 2.7 RS.

Le samedi, place à la piste, plutôt aux pistes privées de Bosch situées à Boxberg. La liaison se fait par autoroute. 80 km de liberté provoquant des sensations sonores, visuelles voire esthétiques où les groupes de 2.7 RS en escadrille, compte tours rarement au-dessous de 5500, nous ont rappelé que le partage de la voie publique c'est aussi celui du plaisir automobile….

A part quelques épreuves habituelles dans ce type de meeting (excepté le freinage à 40 km/h au point mort avec arrêt le plus près possible d'un piéton, le tout sur une piste de marbre arrosée en permanence), les organisateurs nous avaient réservé "eine unerwartete Freude" (une grosse surprise).
La piste principale de Boxsberg se présente sous forme d'un ovale de 3 Km avec deux virages relevés où tous les participants ont pu lâcher les chevaux. Cette piste d'essai, ressemble un peu à celle de Mortefontaine. L'expérience unique et rare de rouler l'accélérateur au plancher, entouré de 2.7 RS, le volant devenant quasi inutile, l'auto collée au banking, donne l'occasion de vérifier "in live" quelques règles de physique, pas nécessairement adaptables aux piétons comme en témoignent les photos.

La soirée de gala, nous a permis de reprendre nos esprits avec Hans Mezger, Peter Falk, Manfred Jantke, et Herbert Linge, les "gloires de l'usine" qui nous ont ramenés quarante ans en arrière avec  leurs souvenirs de l'époque. Entre autres Hans Mezger venu "accompagné" de la queue de canard de sa 2.7 RS RSH vendue à un acheteur qui ne souhaitait pas la voir sur sa nouvelle auto.

Le dimanche, tout le monde avait rendez-vous dans la cour d'honneur du château de Ludwigsburg, connu par la célèbre rencontre de 1962 entre De Gaulle et Lübke marquant la réconciliation franco-allemande. Dans ce magnifique palais baroque, les 43 2.7 RS furent de nouveau alignées "au cordeau" et le jury composé d'anciens employés ayant travaillés sur la fabrication de nos autos attribuaient la première place des 2.7 RS restaurées à Gaby Callewaert. Cette auto est exceptionnelle dans sa catégorie et montre le degré élevé de connaissances de son propriétaire. La seconde place revient à une Lightweight qu'un des membres de notre Club venait juste de vendre à un collectionneur Suisse, aussi éblouissante que la première mais aux dires du jury, trop fraîchement restaurée. Dans la catégorie des 2.7 RS non restaurées, la palme revient à la vert jade avec un intérieur brun du Hollandais Robert Sulma, la seconde, une rare RSH du belge J-F Dirickx a  été beaucoup photographiée, jamais restaurée, jamais accidentée, le charme de sa patine méritait mieux. La foule des visiteurs du dimanche, surprise de découvrir un tel spectacle, ne s'est pas privée d'en prendre plein les yeux.

Et puis, il y avait :
Les deux 2.7 RS safari dont une reconstruite sous la houlette de Uwe Kurzenberger, un grand amateur de ce type d'autos.
Et puis, il y avait :
Un des prototypes des 2.7 RS appartenant à Gabriele Kurzenberger, la présidente du Club Carrera RS allemand, une auto à faire damner un passionné pointilleux. Cette extraordinaire 2.7 RS exhibe une trappe à huile, aucune queue de canard et une couleur unique bleu cobalt métallisé.
Et puis, cocorico, il y avait :
La sympathique famille Ascension avec leur " magnifique jaune signal" au sommet de sa forme, qui a décroché la deuxième place des différents jeux, épreuves, et rallyes.
Et puis, n'oublions pas Wolf-Hendrick Hunger, le Monsieur Loyal du meeting, fantastique animateur, qui s'est donné à fond pendant ces trois jours pour le bonheur des participants.

Inoubliable ce meeting-anniversaire, en espérant ne rien avoir oublié, en remerciant chaleureusement nos amis allemands, et en souhaitant à notre Club la même réussite en mai 2013 à Reims. La barre est très haute, mais on ne donne de handicap qu'aux meilleurs...



Retour à la page précédente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.