La 10ème Ronde des Lauzes, quels pieds !

La Ronde des Lauzes 2018 dans les Monts d'Auvergne du 6 au 10 juin 2018

Pour sa dixième édition, la Ronde des Lauzes revenait dans les montagnes d’Auvergne. Le souvenir de notre première Ronde des Lauzes dans cette région était resté profondément ancré dans nos mémoires.  Nous avons retrouvé le charme de cette région aux multiples paysages de forêts, de prés, teintés d'une palette de couleurs, jaune des genets, vert des prés, camaïeux de bruns…

Pierre, Alain, Jacqueline, les valeureux pionniers qui avaient vécu la première expérience tracée autour de Vals les Bains et de l’hôtel Helvie, découvraient déjà la différence avec ce nouveau parcours de 900 km de Vichy à Condrieu, tout à côté de Vienne.

Ronde des Lauzes, les genets 2018

Ronde des Lauzes, les genets 2008

Le départ se situait au Château de Maulmont, idéal pour le regroupement dans un jardin de rêve et une cour intérieure vraiment agréable.

Le circuit d’Issoire, loué pour la circonstance, nous accueillait dès jeudi midi tout d'abord avec  un déjeuner mis en place au cœur de la collection d’Agostino Turuani, l’homme aux 28 Monte Carlo, plus connu sous le pseudonyme de ‘’Tchine’’. Ce célèbre pilote, propriétaire du circuit, avait disposé tout autour des tables les autos avec lesquelles il a couru, et n’avait pas oublié de placer sa 2.7 RS Yellow Speed en bonne place.

Avant d’attaquer le circuit, chaque participant au volant de sa RS devait approcher son spoiler le plus près possible d’une marque. A ce jeu, première épreuve de la Ronde des Lauzes, le classement s’échelonnait de 15 mm à 1100 mm ! Essayez vous-même et vous verrez : ce n’est pas aussi simple qu’il y paraît.



A notre façon nous avons  profité du tarmac du circuit pour dessiner, après une longue une mise en place, un "70" symbolisant les 70 ans de notre marque favorite (voire l’article de Flat 6), ou comment réaliser un "70" avec 19 RS. Un grand merci pour la patience de chacun.





Inutile de dire que tout le monde était impatient de limer l’asphalte du circuit après  cette séance de ‘mise en place’ photographique. Les dames aussi, qui ont pris la piste à leur tour.

L’hôtel Bellevue au bord du lac Chambon accueillait l’étape et nous plaçait idéalement pour escalader le lendemain matin une des plus belles courses de côte du monde, le Mont Dore.



De nouveau la joyeuse meute voulait en découdre et les 5.075 m de la côte furent happés, certes loin des 2’12’’ du record, mais avec un remarquable enthousiasme tempéré par une route ouverte et un manque flagrant de reconnaissance pour les pilotes.

Puis après avoir lâché les chevaux, épreuve d’orientation dans le village de Besse en Chandesse. Aucun équipage ne fut classé ! En effet cette ‘arête de poisson’ resta dans la gorge de chacun. Ce type d’épreuve, bien que prisé dans les rallyes des années 60, était inconnu de nos participants. Les organisateurs ont fait amende honorable et devront faire des efforts de pédagogie pour l’avenir…

Au-delà des incontournables routes des crêtes et des volcans, une halte fut la bienvenue à flanc de coteaux, à deux pas d’un troupeau de magnifiques "salers" où l’accordéon, la tarte à la myrtille et les cochonnailles nous plongeaient dans l’ambiance d’une fête auvergnate que nos RS n’ont pas l’habitude de fréquenter, gentiment organisée par les parents de Sébastien.

 

Un grand merci à Sébastien et à ses parents.



La caravane reprenait la route, croisait un mariage pour le moins champêtre, tranquillement certains s'arrêtaient pour une pose bucolique, mais tous passaient devant un agent du fisc, certes débonnaire, mais doté d'une paire de jumelles antipathique !

Le Domaine Saint Roch à Salzuit était notre troisième étape. Solides et authentiques, les bâtiments ont constitué le plus bel écrin pour ‘ranger’ nos autos. A telle enseigne qu’un nombre conséquent de photos nous sont parvenues de ce havre de paix d'un soir, précédant l'épais brouillard du petit matin.

A deux pas de l’auberge de Sagne et Goudoulet fut donné le départ de la troisième épreuve. Chers participants de cette Ronde des Lauzes, les organisateurs vous présentent mille excuses pour les tracas qu’ils vous ont fait subir. Il fallait suivre un simple Road Book en fléché métré d’une vingtaine de km, et seuls quelques-uns ont passé, et dans le bon sens, les deux contrôles. Selon les numéros des voitures, les fameux Road Book étaient différents et amenaient toute la troupe à se croiser au moins deux fois… De ce jeu labyrinthique, peu sont sortis indemnes. Mais nous tenons à féliciter ceux qui s’en sont sortis calmes et souriants, qui n’ont pas jeté leur Road Book par la fenêtre ou qui ne sont pas partis faire un tour.

La dernière épreuve consistait à reconnaître les échappements de 5 modèles de Porsche. Une fois encore, le talent des participants s’est exprimé et leur a permis d’en reconnaître une bonne partie. Ce blind test se passait à l’hôtel du Fort du Pré à Saint-Bonnet le Froid, où Jacques et Paul marquaient cette 10ème Ronde des Lauzes de leur empreinte en la remportant.

Jacques le pilote avec son trophée et la couronne de laurier que l'on remettait dans les années cinquante au vainqueur des Grands Prix Automobiles.    Chaque équipage recevait, comme le veut la tradition, le trophée de la Ronde des Lauzes 2018 et après l'habituel champagne de félicitations, tout le monde passait à table pour un excellent dîner.

Le lendemain, la route de la Ronde des Lauzes rejoignait le Beau Rivage en dégringolant les contreforts de l’Ardèche et nous nous quittions après un déjeuner dans ce bel établissement juste au bord du Rhône, tout bleu ce jour-là.

La 10ème Ronde des Lauzes avait vécu, renouant avec les épreuves ‘spéciales’ de la première.
Promis, pour la 11ème il y aura des courbes, des épingles, de la montagne et...des Lauzes.

Remerciements :
A Patrick pour avoir pendant des jours transcrit le tracé sur le système Tripy.

A Damien et Sébastien pour leur millier de prises de vues qu'il a fallu difficilement sélectionner tant leur qualité était excellente. 

 Aux parents de Sébastien pour leur chaleureux accueil dans leur demeure auvergnate.
A 'Tchine' qui nous a largement ouvert les portes du CEERTA malgré les travaux en cours.

A Ben, Patrick et Yann pour leurs superbes baskets RS. 

Et à tous les participants pour leur enthousiasme, leur gentillesse et leur patience devant les bêtises préparées par des organisateurs inconséquents, irresponsables mais de bonne volonté...
Bonus pour la route !
                                      On peut difficilement être plus "corporate", tous nos compliments !




 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Retour à la page précédente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*