9ème Ronde des Lauzes

Un road trip en Corse, dans une ambiance de vacances
les 6, 7, 8, 9, 10, 11 juin 2017

Déjà 9 ans que la Ronde des Lauzes nous propose des cascades de virages et des paysages à couper le souffle; de quoi, pour y survivre, appeler le Samu le plus proche.
Cette année, elle nous amenait en Corse. Classique destination me direz-vous. L’ile de Beauté, c’est bien connu, entre le soleil, la mer et les montagnes séduit tous les visiteurs qui la fréquentent et ne laisse personne indifférent. 

La Corse et ses Lauzes

Mais la particularité de la Ronde des Lauzes c’est d’aborder un tel ‘’marronnier’’ par un côté peu emprunté par les ‘’pinsutes’’ (touristes venus du continent) que nous sommes ou tout du moins essayer de surprendre, voire découvrir, le pays le plus profondément possible.
Cette année, l’organisateur avait prévu une ombrelle, un parapluie et un parasol, en l’état, une carte avec le tracé de 800 km, un road book, et un Tripy confié à chaque ouvreur d’un groupe de quatre équipages. Il est inutile de dire qu’aucun d’entre eux ne s’est perdu….
Après une traversée originale, marquée par un coup de tabac et par une escale improvisée en Sardaigne, les 16 équipages débarquaient prêt à en découdre avec les réputées routes corse. Nenni, l’organisateur facétieux, avait en levée de rideau, prévu une escapade en mer devant les fantastiques falaises de Bonifacio.

Aucun bateau à l’horizon sur la grande bleue et pour cause : la météo affichait un coup de vent de force 8 mais le capitaine de la barcasse, avec un grand sourire, rassurait tous les passagers en déclarant ‘’vue de la mer, Bonifacio est une merveille, vous allez vous en souvenir’’. Une heure après, douchés, un peu patraques les courageux participants avaient classé Bonifacio dans l’escapade à ne pas entreprendre tous es jours et sur la confortable terrasse du Cercle Nautique dégustaient leur premier déjeuner sur l’Ile en admirant le port sous un soleil radieux. 

Après la mer démontée, le calme plat de la terrasse du Centre Nautique


L'incontournable briefing de l'organisateur. La Ronde des Lauzes est partie !

L’après-midi, l’attaque du col de l’Ospedale inaugurait les choses sérieuses et ouvrait la porte des montagnes de l’Alta Roca avec le passage incontournable par les Aiguillles de Bavella, Quenza, Zonza et la descente sur Sartène par la route déserte des spéciales du Tour de Corse qui passe par Zoza et Sainte Lucie de Talanne. Le soir au bord d’une plage l’établissement Lilium Maris réconfortait tout le monde. La Ronde des Lauzes avait démarré sur les chapeaux de jantes !

Le lendemain matin les RS attaquaient de nouveau la montagne avec la spéciale  de Zerubia avec ses virages relevés certainement conçus à l’époque par un ingénieur passionné d’automobile. Arrêt obligatoire à Zévaco où Mr Poggi nous présentait sa production de charcuterie locale. Dire qu’il fit un triomphe est un doux euphémisme.

Je viens d'apercevoir du 'lonzu'...

Le mot razzia est mieux adapté ! Une question philosophique intervient à propos : est-il préférable de tester la qualité des freins de sa RS à la vue de paisibles cochons paissant sur l’asphalte du parcours que de déguster une fine tranche de Coppa corse de Mr. Poggi ? Sébastien tient la bone réponse !

Encore un alignement, mais quelles couleurs. On ne s'en lasse pas !


Encore une petite pour la route....

Après avoir rejoint dans l’après-midi la fantastique route de la côte de Tuccia à Sagone en passant par Cargèse, les équipages s’installaient aux Roches Rouges. L’un des plus anciens et des plus beaux hôtels de l’Ile, ramenait les participants dans les années 30 avec son charme suranné et sa terrasse 5 étoiles surplombant Porto et les calanches de Piana.

Mady, la grande prêtresse de l’endroit, tient d’une main de fer son établissement et offre, de nos jours, un niveau de service rarement atteint. La soirée avait commencé par une bienvenue baignade sur la plage d'Aronne et s'achevait par un sublime coucher sur les mythiques roches.

La Ronde des Lauzes se poursuivait par l’incontournable passage à 10 km à l’heure des Calanches. Certains, vous ne le croiriez pas si je n’en avais pas été le témoin, les ont franchi 4 fois ! Parfois les pontifes touristiques valent vraiment leur pesant d’E95 (seule type d’essence distribuée en Corse).

 

 

 

  

 

 

 

Après l'enchantement de la route de la corniche de Piana, la route de la côte menant à Calvi est en très mauvais état et les 964 RS n’ont pas manqué de rappeler à leur maître la dureté de leur sportive suspension.
L’initiateur de ce tour en Corse était dans l’obligation de faire un stop dans une de ces innombrables paillotes peuplant les rives et avant de reprendre le chemin de la montagne.

La paillotte Belgodère à Calvi : Un super restaurant sur la plage

Ayant goutté au plaisir de la mer et d’un déjeuner par ailleurs fort correct dans la baie de Calvi, les participants ont dû avouer sans menaces aucunes que le dossier des paillotes étaient à considérer avec grand soin. Pour rejoindre Corte, les virages de la Balagne proposaient alors la collection de leur œuvre complète.
La collection d'animaux de la ferme est aussi inscrite dans la tradition de la route de montagne en Corse. Il faut dire que tous ces quadrupèdes ont un profond mépris de l'automobiliste et vivent leur vie en toute liberté.

 

Un stop bienvenu dans le pittoresque petit village de San Antonino permettait de rejoindre benoîtement le magnifique et confortable hôtel de Dominique Colonna niché sur les bords rocheux du torrent de la Restonica.

Il doit y avoir une erreur... on parle de l'hôtel Colonna !

Enfin, la traversée de Morosaglia marquait l'entrée dans la Castagniccia.

Ce ne sont pas quelques travaux qui nous arrêteront dans la Castagniccia.

Fidèle à sa légende le massif accueillait la caravane de la Ronde des Lauzes dans cette contrée inconnue des touristes, creuset de la civilisation corse, peu habitée sinon par les autochtones enracinés dans leur village accrochés aux rochers fut à la hauteur de sa réputation. 85 km. en 3 heures et demie, 3 voitures et l’inévitable camping-car batave croisés donnent le ton de la visite.

 

 

 

Les lecteurs attentifs auront remarqué la présence de deux autos de membres du Club adeptes de la ''chevelure au vent''

Les lecteurs attentifs auront remarqué la présence de deux autos de nos membres adeptes de la chevelure au vent...

Une région aussi isolée et rude a une telle attirance que la plupart des équipages sont tombés sous le charme de la flore, des odeurs de thyms, de menthe, de romarin. Le long arrêt sur la place de la Porta montre notre engouement total pour cette région. Encore un point curieux - cher lecteur, vous qui connaissez un tas de choses – Pourquoi appelle-t-on les habitants de la Castagniccia, les américains ? Simplement parce que beaucoup de ses habitants sont partis au 17ème siècle en Argentine et en sont revenus riches et ont construit des demeures et des églises dans le plus pur style hispanique. (C’était la minute éducative du reportage de la Ronde des Lauzes).

L’arrêt à l'auberge situé tout près de ‘’la blanche et noire église San Michele’’ où bat le cœur de la Corse…..était magique. Victor le grand maître des lieux proposait des mets cuisinés avec des produits venant au plus d'un rayon de 10 km. En dégustant son farci et son viedone chacun pouvait admirer la vallée bordée par la mer. Avec le retard pris, les prudents roulaient directement vers la marine de Pietracorbara, alors que d’autres suivaient le road book et parcouraient une partie du Cap Corse et certains pilotes à la limite du 'timing' allongeait le parcours initial en passant par Centuri !

Enfin nouveau miracle du dieu des organisateurs, tous les équipages se retrouvaient pour un dernier bain avec un 'goûteux goutter' (d’accord c’est facile mais une 'goutte d’humour' réveille le lecteur). Intervenait alors la traditionnelle remise du trophée sanctionnant pour tous une Ronde des Lauzes réussie.

 

Bravo à Valéry et Jérôme venu du Luxembourg.


Bravo à Ghislayne et Alain qui a participé à la première Ronde des Lauzes en 2008.


Pierre, le régional de l'étape !

La neuvième édition a baissé son rideau par un retour ''type traversée du lac Léman''.

Les participants se quittaient sur les quais de Toulon, heureux d’avoir passé des vacances automobiles ensemble et découvert ou redécouvert cette fabuleuse Île qu’est la Corse.

 

Nos remerciement vont à :

Pierre Natali pour son aide précieuse et son implication dans l'organisation de la Ronde des Lauzes, à Patrick Asfeld qui a mis en place le tracé du road book sur Tripy et sur papier en passant  beaucoup de temps sur son ordinateur dans son Q.G. de Croissy et à Damien pour la plupart des photos de ce reportage.
La réussite de la 9ème Ronde des Lauzes leur appartient.

 

 



Retour à la page précédente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*