Le Lyon-Charbonnières 10 au 14 mai 2017

Clone historique ou réalité ?

Lors de l’A.G. du mois de décembre, l’ami Patrick nous présentait le Rallye Lyon Charbonnières de l’époque comme l’un des sommets himalayens du rallye pur et dur, où les équipages s’échauffaient sur le circuit de la Solitude, traversaient les Jura suisse et français, s’arrêtaient une première fois à Charbonnières puis passaient par les mots du Lyonnais, l’Ardèche, le Vercors pour arriver, épuisés, à Lyon Charbonnières, la première étape. Mais, ajoutait-il, je vais mettre en place un tracé plus court en commençant par zapper la Solitude voisin de Stuttgart et quelques routes diverses et naturellement variées, ouf, ce qui permettra aux participants de parcourir seulement 1000 km. en 3 jours et demi alors qu’à l’époque 24 heures leur suffisaient pour avaler les 1200 km de la deuxième étape !...

Déjà l’assistance (pour ceux qui ne suivent pas, celle de l’A.G, et non celle du rallye !) se montrait soit réticente (trop de kilomètres !, c’est en semaine !, ma RS et moi ne le supporterons pas), soit enthousiaste (chouette, des Km, je vais pouvoir ‘tartiner’ - 'étaler de la gomme sur l’asphalte des départementales de l’Ardèche et du Vercors').

Et bien les Amis, ce Lyon Charbonnières Historique fut à la hauteur des attentes des enthousiastes. Tout d’abord par la météo, qui comprenant le désir de chacun, d’endosser la tenue ‘tergal’ des pilotes de l’époque, nous a offert un brouillard de qualité, de la grêle, un peu de neige et des tonnes d’eau à fabriquer des coulées de boue, à dégoutter un collaborateur de la D.D.E.…

Certes le rallye s’est terminé sous le soleil dans un Vercors (déjà bien connu de chacun)  à couper le souffle.

Aussi par la qualité du parcours concocté par notre historien qui a pris grand soin de nous faire rouler sur les traces du grand Vic, et par la qualité des tables et le confort des ‘nuitées’ dénichées dans des hôtels perdus dans la nature mais qui mériteraient d’être sélectionnés en tête des moteurs de recherche devant le Trip Advisor de service.

Enfin par la bonne humeur de chacun des participants, par la volonté de tous d’abandonner un maximum de gomme sur ces routes étroites, pas toujours bien pavées, où la ligne droite est considérée comme une faute de goût.
Pour être complet, l’auteur de cette organisation a profité de ce rallye pour lancer, en guise, de road book, l’utilisation du système Tripy qui  a recueilli tous les suffrages. Nous risquons d’en parler souvent dans les prochains rallies du Club.

Grâce soit rendu à Patrick qui sans compter son temps a mis sur pieds cette difficile et délicate organisation sur la trace d’un rallye majeur des années 60. Le Lyon Charbonnières du Club aura démontré, en était encore besoin, la validité du concept – organiser des rallyes Club, c’est bien, mais les mettre en place sur des parcours historiques c’est 100 fois mieux !  

 



Retour à la page précédente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*